Pierre Gamarra à Bessens

BESSENS

Pierre Gamarra, un occitan frère des hommes
par Claude Sicard

Je suis toujours ce gamin qui comptait les petits cailloux des trottoirs de Montauban,
ou qui nageait dans la Garonne et qui adorait les chansons occitanes…

(extrait)

 

Pierre Gamarra (1919-2009), parlant de son Occitanie natale, affirmait : « J’emporte ce pays sous mes semelles avec chaque matin recommencé[i]. » Et lorsque l’Académie de Montauban l’a reçu, en avril 1998, il lui a offert le poème intitulé « Ma mère et Don Quichotte », qu’il venait de composer, dans sa chère maison de Bessens en Tarn-et-Garonne :

« Cette terre est ancienne et cette rose est fraîche,

ces lilas, je les ai cueillis avec mes yeux d’enfant,

Et cette jeune fille au bord du Tarn, qui chante

et qui rêve d’un prince dans un château de maïs et de blé,

c’est ma mère […]. »

Ce jour-là comme en toute occasion, il soulignait non seulement sa fidélité à ce pays, dont témoigne la majeure partie de son œuvre, mais combien tout son être en était pétri. Nul mieux que lui n’a dit avec autant de ferveur les enseignements de cette terre où, né à Toulouse, il avait grandi et mûri, « cette terre fertile et riche de sagesse, cette terre de liberté, de résistance et de courage, mais aussi [cette] terre de paix[ii]… » Incontestablement c’est de sa mère que Pierre Gamarra tient ses racines, ancrées dans « une Occitanie qui va, [disait-il], de la Lozère au Toulousain et au Quercy ». Du côté paternel, le sang est plus mêlé, puisque l’on y trouve du basque espagnol, de l’italien et de l’allemand. C’est que la famille Gamarra vivait dans un cirque, dirigé par le grand-père : sa grand-mère y était écuyère de voltige et ses oncles clowns et dresseurs d’animaux… D’où, chez lui, cette extrême sensibilité au décor, à l’atmosphère, au parfum, à la lumière du Midi, cette volonté d’en comprendre l’âme et, tout à la fois, cette imagination qui l’ouvre à d’autres horizons, vers d’autres destinées que ses personnages du terroir : c’est ainsi que l’instituteur rural préparé par ses années d’École normale primaire s’est mué, les bouleversements de la drôle de guerre et la Résistance aidant, en un poète, romancier, journaliste vivant en région parisienne, membre pendant quelque cinquante ans du comité de rédaction de la revue Europe

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *