fbpx

Jean Freustié à Libourne

LIBOURNE

Jean Freustié, l’homme qui aimait les femmes,
par Roger Grenier
(extrait)

Le 30 octobre 1914, Jean-Pierre Teurlay arrive au foyer d’un négociant en vins de Libourne. Plus de trente-cinq ans plus tard, Jean-Pierre Teurlay devient l’écrivain Jean Freustié, et on retrouve Libourne dans ses romans, rebaptisé Villers. Il n’y a pas un de ses livres où l’on ne passe par Bordeaux et la côte atlantique, du Verdon à Arcachon et Biarritz. Ne serait-ce que fugitivement. Ainsi, dans son vaste roman, Marthe ou les amants tristes (La Table Ronde, 1958), le narrateur emmène au début sa maîtresse à Arcachon et, vers la fin, il reprend la route de Bordeaux, comme s’il voulait encadrer cette histoire parisienne entre deux images de son pays d’origine. Même lorsque Jean Freustié écrit une biographie de Mérimée (Hachette, 1982), il n’omet pas de signaler une journée à Bordeaux chez le frère de sa future maîtresse Valentine Delessert.

Jusqu’à l’âge de 20 ans, il n’a guère quitté la Gironde. Il a eu pour professeur de philosophie André Lacaze, qui avait exercé une influence capitale sur François Mauriac, son condisciple. Mais Lacaze, qui finit prêtre, n’est pas le seul lien avec Mauriac :

« De François Mauriac, écrit Freustié, je suis compatriote ou presque. Nos vignes, nos piquets de vigne appellés “carrassonnes”, nos pins, nos palus, voilà qui devrait bien nous rapprocher ; nos rues interminables de Bordeaux sous le soleil, rues qui semblent ne conduire nulle part pour des raisons mystiques que Chaban-Delmas lui-même n’a pas toujours réussi à connaître, sauf à la mer, laquelle ne conduit nulle part, puisque la Terre est ronde. »

Le collégien de Libourne passe son bac et commence la médecine à Bordeaux. Les tribulations de la guerre font qu’il la termine à Alger. Il va exercer dans des hôpitaux à Philippeville et à Biskra avant de faire la campagne d’Italie et de participer au débarquement en Provence.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Gironde, sur les pas des écrivains, Alexandrines, mars 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *