fbpx

Cendrars, Duhamel, Sassoon et Remarque autour de Péronne

 

AUTOUR D’ALBERT ET DE PERONNE

La Grand Guerre dans la Somme
par Jean-Jacques Becker
(extrait)

 

Le symbole de la Grande Guerre est la tranchée, la guerre immobile. Mais ce ne fut pas le cas dans la Somme qui ne cessa d’être parcourue par les armées antagonistes.

Le vaste mouvement tournant de l’armée allemande par la Belgique  ne  la visait pas, mais il ne pouvait manquer de l’égratigner. Le nom de la Somme fut prononcé pour la première fois quand le 29 août l9l4  fut publié par le Grand Quartier Général, le célèbre communiqué « Situation  inchangée de la Somme aux Vosges ». Ce fut la stupeur en France. L’opinion croyait que la guerre se déroulait en Belgique et que le mot Sambre avait été remplacé par erreur par le mot Somme. L’extrême-droite de l’armée von  Klück occupait Amiens le 3l août. En fait cette occupation fut brève. A la suite de la bataille de la Marne, les armées allemandes reculaient et Amiens était évacué le ll septembre.

Le département connut une seconde phase de combats quand se déroula « la course à la mer ». Les armées cherchaient mutuellement à se contourner jusqu’au moment où leurs mouvements furent arrêtés par la mer. On se battit en particulier dans la Somme, fin septembre l9l4, dans la région de Thiepval.

Fin l9l4, le front était stabilisé. Il traversait une petite partie de la corne nord-est du département, Albert était du côté français, Péronne du côté allemand. Une vie aussi proche que possible de la normale s’organisait: les classes fonctionnaient dans des villages à quelques kilomètres du front, à portée des canons allemands. Ce calme relatif dura pendant toute l’année l9l5 et la première moitié de l9l6, mais il fut rompu par la « bataille de la Somme ».

A la fin de l9l5, le général Joffre avait réuni à son GQG de Chantilly une conférence interalliée pour organiser une série d’offensives concentriques à partir des fronts russe, balkaniques, italien et franco-anglais. Il était prévu que les Franco-Anglais attaqueraient dans la Somme, mais les Allemands les devancèrent en déclenchant une offensive dans la région de Verdun le 2l février. Cela n’empêcha pas Joffre de maintenir le projet de bataille sur la Somme et, du ler juillet au mois d’octobre l9l6, il s’y livra une bataille d’une importance et d’une furie  égales à celle de Verdun.

[…]

Extrait de l’ouvrage : Balade dans la Somme, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2007

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *