fbpx

Élisée Reclus à Sainte-Foy-La-Grande

Sainte-Foy-La-Grande

D’un géographe à l’autre,
par Jean-Claude Faure
(extrait)

Élisée et Onésime Reclus sont partis de Sainte-Foy-La-Grande à la conquête du monde.

Les deux frères géographes sont issus de ce pays foyen, aux frontières de la Dordogne, pas encore Périgord et pas tout à fait Entre-Deux-Mers. Ce bout de pâture en bordure de rivière devenu bastide française par la volonté du frère de Saint Louis, Alphonse de Poitiers, adhère très tôt à la Réforme. Le genevois Calvin vient prêcher à deux lieues, à Gensac. Les « parpaillots » firent de leur cité un bastion religionnaire connu dans l’Europe de la Renaissance comme la « Genève du Sud-Ouest ». On s’affronte allègrement sur ces 52 hectares et les relations entre protestants et catholiques restent tendues jusque dans la seconde moitié du xxe siècle.

On trouve des Reclus dès la construction de la bastide (1255) avec un Jacques Reclus, échevin de la ville en 1260. Ceux qui nous intéressent viennent peut-être de cette souche. Élisée Reclus est né le 15 mars 1830 entre les quatre murs d’enceinte, dans la rue Notre-Dame, la rue de l’église, rue qui portera son nom en 1908.

Un paradoxe pour le futur anarchiste qui, de plus, vient au monde dans une famille éminemment convertie à la foi de Luther où le père Jacques est un pasteur rigoriste et enseigne au fameux Collège qui reçoit dans ses murs toute la jeunesse intellectuelle huguenote de France. Le quatrième des quatorze enfants que mettra au monde Zéline, la maman, amoureusement respectée jusqu’à sa mort en 1887.

Sur les cinq garçons, qui tous se feront connaître à divers titres dans l’Hexagone, Élisée et Onésime ont le point commun de s’être lancés dans l’aventure géographique. Une science qu’ils ne conçoivent que pratiquée sur le terrain. Élisée est porteur d’une géographie sociale et écologique et l’on doit à Onésime les premiers guides touristiques avec photos ! Autant dire que les deux hommes sont des avant-gardistes ! Ce sont des voyageurs impénitents qui donnent à leurs lecteurs le goût de leurs découvertes à travers leurs souvenirs. Adolphe Joanne ne s’y trompe pas et les embauche pour ses guides, ancêtres du Guide bleu, chez Hachette.

[…]

Extrait de l’ouvrage : Balade en Gironde, sur les pas des écrivains, Alexandrines, mars 2008.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *