Editions Alexandrines - logo

Une géographie littéraire de la France… pour ne pas marcher idiot et mettre un peu de poésie à ses semelles, selon les mots de Philippe Lacoche.

« Qu’est-ce qu’un écrivain ? C’est quelqu’un qui nous transporte.
Et nous serine : allez voir là-bas, vous y êtes ! »

Cette formule, tirée d’un des récits de vies qui composent nos Balades, illustre bien le dessein de la collection « Sur les pas des écrivains ». Quelle meilleure manière, en effet, pour découvrir un lieu que de suivre les pas de ses grands auteurs et y découvrir les traces qu’ils ont laissées.

 

Créées en 1997 par Marie-Noëlle Craissati les Editions Alexandrines s’intéressent dans leur collection de géographie littéraire à la vie et au quotidien des écrivains dans leur région d’appartenance.

Chaque département prend vie sous la plume d’un spécialiste, universitaire, érudit ou témoin, qui nous conte les balades d’une vingtaine d’auteurs et d’hommes illustres. C’est au fil de ces portraits que se dessine un tour de France littéraire. De l’Île-de-France au Languedoc-Roussillon, de la Bretagne à la Provence, ces guides poétiques comptent environ 280 pages, une belle couverture couleur, un papier sépia de qualité, des cartes et de nombreuses illustrations. En annexe, une table des lieux de vie des écrivains indique les lieux d’intérêt et leurs adresses ainsi que leur ouverture au public.

C’est en 2015 que le catalogue s’est enrichi de la collection  « Le Paris des écrivains », qui sera récompensée, en 2019, du Prix de l’Académie Française pour le rayonnement de la langue et de la culture.

Faciles à glisser dans une poche, à lire à la terrasse d’un café, sur un banc ou dans un parc, ces petits ouvrages vous mènent tout droit vers les quartiers mythiques de Paris. Entre voyage littéraire et biographie intime, cette collection est une immersion dans le Paris enchanté, endiablé, honni ou adoré, de ces écrivains pour qui la ville a été une source d’inspiration et d’engagement.

« Collection originale, qu’il fallait absolument inventer ! » (Vivre Paris n° 24)