Thérèse Martin à Lisieux

LISIEUX

Thérèse Martin : « Je n’écris pas pour faire une œuvre littéraire… »
par Monseigneur Guy GAUCHER
(extrait)

Thérèse Martin, devenue sainte Thérèse de Lisieux, selon Pie X « la plus grande sainte des temps modernes », Docteur de l’Église depuis 1997, a fait connaître par ses écrits la Normandie jusque dans les cinq continents, et « jusque dans les îles les plus reculées »

Normande, elle l’est bien. Sa brève vie, elle l’a passée dans cette région : quatre ans et demi à Alençon, vingt ans à Lisieux.

Pendant un an, elle a été en nourrice à Sémallé, dans une fermette minuscule : elle y a appris l’amour de la nature, des fleurs, des animaux. Revenue chez ses parents à Alençon, elle sillonnera la région, jusqu’à Grogny (Sarthe), Saint-Denys-sur-Sarthon, la forêt de Perseigne…

La mort de sa mère, Zélie Martin, atteinte d’un cancer, a poussé son père Louis à s’installer à Lisieux dans la maison dite des « Buissonnets », pour se rapprocher, avec ses cinq filles mineures, de son beau-frère Isidore Guérin, pharmacien place Saint-Pierre, à l’ombre de la Cathédrale.

Pendant ses onze ans aux Buissonnets, la jeune Thérèse, accompagnant son père, a exploré la campagne normande tout autour de Lisieux : séances de pêche dans la Paquine, la Touques, promenades à Rocques, Hermival, Saint-Martin de la Lieue, Ouilly-le-Vicomte, premier voyage en train à Glos.

Marquantes, les vacances en famille à Deauville, Trouville : la pêche aux coques, flâneries sur la jetée, émerveillements de la mer et du « sillon d’or » aux Roches Noires, dans ces années où Eugène Boudin peint mer et ciel.

En août 1884 et en juillet 1885, Thérèse sera en vacances campagnardes à Saint-Ouen-le-Pin. Elle y est très heureuse, buvant le lait des vaches, dessinant les maisons et les vallons, les pommiers, poussant jusqu’au château de Guizot, à Val Richer.

En juin 1887, passant par Honfleur et le sanctuaire Notre-Dame de Grâce, elle visitera l’Exposition universelle maritime du Havre.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade dans le Calvados, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mai 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *