Michel Dugué à Vannes

VANNES

Michel Dugué, une oeuvre nourrie par l’enfance

par Pierre Tanguy

     Michel Dugué est un auteur discret. Il  publie chez de bons « petits éditeurs » (Folle avoine, Apogée, Dana, Wigwam, Ubacs, Encres Vives…). Son premier recueil, Terre vigilante, sort en 1968. Dugué ne parade pas dans les salons ou les festivals. Sa parole est économe. « Rien d’autre qu’une accointance avec le silence », écrit-il dans Une escorte très nue (1983). Et comme il le dit dans son livre sur Vannes, il ne méconnaît pas « les valeurs de la gentillesse et de l’honnêteté ».

Michel Dugué n’est pas un « écrivain breton ». Encore moins bretonnant (« la vieille langue, je ne l’ai pas connue, ni entendue »). C’est un auteur en Bretagne. Il est d’ici. Et il aime ce qu’il vit, là où il est. A Rennes, quand il parcourt ses rues pavées ou pousse la porte d’un bistrot. Ou, encore, quand il se réunit, avec ses amis, à la Maison de la poésie : l’enseignant d’économie et de gestion qu’il fut dans le civil, à Fougères, en est aujourd’hui le trésorier. Il y aussi ses accointances avec la côte nord de la Bretagne, matière poétique de certains de ses ouvrages.

[…]

Extrait de Balade en Bretagne sud, de Vannes à Brest, Alexandrines, 2014.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *