Pierre Nicole à Chartres

CHARTRES

Pierre Nicole ou le janséniste malgré lui

par Jean Lesaulnier

 

Qui connaît le Chartrain Pierre Nicole ? Ses Essais de morale, son ouvrage le plus répandu, ont rencontré un vif succès : lus jusqu’au milieu du XIXe siècle, ils demeurent comme l’une des meilleures voies d’accès à l’univers moral et religieux du temps de Louis XIV. Pourtant aucune biographie n’a été consacrée à cet écrivain qui n’a manqué ni d’amis ni d’admirateurs ; aucune synthèse n’a été composée sur cette œuvre protéiforme, dont la postérité a surtout retenu qu’elle était liée au destin littéraire et théologique de Port-Royal.

Si sa ville natale de Chartres ne l’a guère reçu dans son âge mûr, Pierre Nicole ne l’a jamais oubliée. Il y voit le jour, en 1625, dans une famille honorable, qui compte de nombreux juristes. Après ses études à Paris, Jean Nicole, le père, devient magistrat à la chambre épiscopale.

Mais là n’est pas l’essentiel pour le jeune garçon, car d’un père qui savait parfaitement le latin et le grec, il reçoit sa première formation. Doué d’une mémoire prodigieuse, à quatorze ans il avait lu tous les livres grecs et latins de la bibliothèque paternelle : Homère, Térence, Virgile, Horace n’ont pas de secret pour lui. « Que n’a-t-il pas lu ? dit un contemporain. Il n’y a personne au monde…, qui ait lu tant de livres, poètes, orateurs et historiens », tous les romans depuis l’espagnol Amadis de Gaule, jusqu’à la Clélie de Mlle de Scudéry et à la Princesse de Clèves de Mme de La Fayette. Même s’il n’approuve pas tous les vers de son père, Pierre acquiert une culture humaniste de premier plan, qui va de pair avec sa culture religieuse…

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en région Centre, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *