Talleyrand à Valençay

VALENCAY

Valençay : de la petite à la grande histoire, du terroir à l’Europe,

par Marc du Pouget

 

A grand ministre, grande maison

« Valençay a cela de remarquable que, malgré la grandeur et la noblesse sévère du château, rien n’y est triste, rien n’y est sombre », a dit Dorothée de Courlande, duchesse de Dino, nièce et égérie du prince de Talleyrand. Après plus de deux siècles, il est vraisemblable que Talleyrand ne serait pas dépaysé s’il revenait dans le château qu’il avait acheté en 1803 pour satisfaire à ce désir de Bonaparte : « Il faut de grandes maisons pour les gens qui occupent de grands emplois ». La duchesse de Dino rapporte ainsi, bien plus tard, l’ordre du Premier Consul à son ministre des relations extérieures : « Je veux que vous achetiez une belle terre, que vous y receviez brillamment le corps diplomatique et les étrangers marquants, qu’on ait envie d’aller chez vous, et que d’y être prié soit une récompense pour les ambassadeurs des souverains dont je serai content ».
Talleyrand commanda des travaux d’embellissement de Valençay : le pavillon « rustique » de La Garenne de Chantemerle (en face du château) et les communs autour des avant-cours : orangerie, remise des carrosses, écuries. Le programme s’accéléra lorsque, en 1807, Talleyrand, qui ne voulait pas être « le bourreau de l’Europe » (Sainte-Beuve), abandonna les relations extérieures pour le poste honorifique de vice-Grand Électeur. Il put alors faire un séjour en Berry : « je m’attache, écrit-il, à tout ce qui peut animer mon Berry qui est naturellement fort engourdi ». Outre le rôle de châtelain, il dut jouer celui de geôlier en accueillant sur ordre don Antonio, frère du roi d’Espagne Charles IV, don Ferdinando, prince des Asturies (futur Ferdinand VII) et don Carlos, frère de celui-ci. L’exil doré de cette petite cour bien surveillée fit parler de Valençay dans toute l’Europe pendant six années (1808-1814) ; pour la distraire fut construit en 1810 un petit théâtre, que Talleyrand modifia en 1817…

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en région Centre, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, 2013.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *