Callian Annie-Bruel

CALLIAN

Annie Bruel, romancière du terroir et de la mémoire
par Martine Sagaert
(extrait)

 

 

Née à Paris, par hasard, Annie Bruel est une femme du Sud. Sa mère a vécu en Algérie et, du côté paternel, ses ancêtres étaient des vignerons et des paysans languedociens. D’ailleurs, entre Albi et Nîmes, il est un village dénommé Saint-Jean du Bruel. Après avoir beaucoup voyagé au gré des déplacements d’un père devenu officier supérieur, elle se marie, s’appelle désormais Madame Truchot, et s’installe dans l’arrière-pays varois, sa terre promise. Depuis 1964, elle réside dans le canton de Fayence, d’abord à Callian, prestigieux village blotti à l’ombre du château féodal, irrigué par les eaux de la Siagnole, puis, dans le paisible village perché de Tourrettes. Aujourd’hui, elle est veuve et vit, dans un cadre lumineux, une « solitude candide », peuplée d’humains, de chats et de chiens.

Sa jeunesse a été remplie par deux passions, le sport et la lecture. Elle a obtenu quelques succès, quand elle était minime et cadette, mais vu sa modeste taille, elle a quitté la natation pour la gymnastique aux agrès (saut de cheval, barres asymétriques, poutre et sol). Elle est alors devenue « prof de gym » et, dans le sillage maternel (sa mère était institutrice), elle a exercé ses talents dans les Écoles Normales, puis dans les I.U.F.M. de Nice et de Draguignan. En tant que formatrice, elle a publié des ouvrages spécialisés.

Auteur d’une douzaine de romans, elle est animée par une même ambition pédagogique. Annie Bruel (son nom de jeune fille et son nom de plume se confondent) veut toucher un large public, le faire rêver et réfléchir. Elle sait écrire la Côte d’amour, d’azur et d’or et l’arrière-pays des oliviers et des cigales, du thym et des chênes-lièges. Elle sait peindre les heures légères, mais aussi les heures sombres. Elle sait distraire et émouvoir. Elle développe deux thèmes majeurs, le terroir et la mémoire.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade dans le Var, sur les pas des écrivains(c) Alexandrines, février 2010.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *