Lettre d’information Eté 2011

Jean de la Fontaine (source Wikimedia)

2011 : Année littéraire

Jean de la Fontaine (source Wikimedia)
Jean de la Fontaine (source Wikimedia)

Cette année 2011 est celle d’un grand cru : on célèbre en effet, à divers titres, La Fontaine, Rousseau, Scribe, Gautier, Céline, Cendrars, Maeterlinck et … Pompidou.

Nous vous proposons de découvrir un peu de la vie de ces grands auteurs dans nos Balades sur les pas des écrivains.

Le 17 août 1661 Fouquet organisait sa grande fête à Vaux-le-Vicomte, fête que décrit Mireille Gérard (Balade en Seine-et-Marne). Pour cette occasion, La Fontaine rédigea le Songe de Vaux, que la chute du surintendant ne lui permit pas de terminer. Le même La Fontaine était natif de Château-Thierry et marié là-bas. Son biographe Patrick Dandrey nous raconte que malgré la naissance, en 1653, d’un fils dont la légende veut que le fabuliste le rencontrant un jour dans une rue ne l’ait pas même reconnu (!), leur union ne fut jamais très unie, préférant à son épouse Paris et sa Cour (Balade dans l’Aisne).

En 1761 parut Julie ou la Nouvelle Héloïse. 17 ans après, Rousseau, épuisé, est hébergé par le Marquis de Girardin au château d’Ermenonville. Il herborise, et s’il n’y écrit pas, il passe ses derniers moments dans la quiétude à l’abri du besoin et dans un cadre très familier, le Marquis en ayant conçu le parc la Nouvelle Héloïse à la main (Balade en Oise).

2011 est aussi le 150e anniversaire de la mort d’Eugène Scribe, dramaturge au succès énorme, librettiste de Rossini, Verdi et Offenbach. Il aimait recevoir ses amis parisiens dans son château de Séricourt en Seine-et-Marne. Il avait orné l’entrée du domaine de ce distique : « Le théâtre a payé cet asile champêtre / Vous qui passez, merci… Je vous le dois peut-être ! »  (Balade en Seine-et-Marne).

C’est le 30 août 1811 que Théophile Gautier naquit à Tarbes. Il n’y vécut que sa toute petite enfance. Gérard de Senneville, son biographe, raconte : « À une époque où les photographies étaient peu diffusées, où le cinéma, la télévision et la presse people n’avaient pas encore été inventés, il était possible à un écrivain d’être une célébrité sans que son visage soit connu du public, surtout dans une petite ville de province. Ce fut ainsi que Théophile Gautier put faire dans la plus grande discrétion un pèlerinage sur les lieux de son enfance. Il s’aperçut cependant qu’il était devenu une gloire locale lorsque, visitant anonymement un lycée dont il n’avait jamais été l’élève, le proviseur, dans une classe, lui désigna avec fierté le pupitre de Théophile Gautier. Le bon Théo ne voulut pas priver le brave homme d’une relique : il contempla ce modeste meuble avec toute l’admiration qui convenait et se garda bien de se faire connaître. Ce lycée porte aujourd’hui le nom de Théophile Gautier et le buste du poète y figure en bonne place. » (Balade en Midi-Pyrénées II).

Gautier, parisien dès l’âge de 4 ans, allait en villégiature à Mauperthuis, à quelques kilomètres de Coulommiers. Mme Gautier y était née, y avait passé son enfance, et elle y retrouvait ainsi une de ses sœurs (Balade en Seine-et-Marne). La partie essentielle de l’action de Mademoiselle de Maupin, paru en 1836, se situe au château des Coteaux.

Cendrars mourut en janvier 1961, à l’âge de 74 ans. Céline, lui, mourut en juillet de la même année ; il avait vécu ses années de jeunesse dans le magnifique hôtel particulier de son beau-père, situé Quai Richemont, à Rennes, avec sa première épouse Edith Follet (Balade en Bretagne Nord).

C’est au printemps 1916 que Cendrars, après une année terrible dans la Somme puis en Champagne dans les tranchées où il perdit son bras droit, arrive près de Méréville, au bout de son errance, et seul dans la grange, de sa main gauche encore maladroite, se met à l’écriture, « à la lueur d’une chandelle plantée dans le goulot d’un litron vide, le cul sur une botte de foin ».(Balade en Essonne).

Le Prix Nobel de littérature échut à Maurice Maeterlinck en 1911. Il aimait se rendre à l’abbaye de Saint-Wandrille en Normandie avec sa femme, Georgette Leblanc, (Balade en Seine-Maritime), la sœur du génial inventeur d’Arsène Lupin. Mais c’est avec sa nouvelle compagne, Renée Dahon qu’il termina sa vie à Nice, dans la villa Orlamonde (Balade à Nice et dans les Alpes Maritimes, à paraître 2012).

Pompidou, enfin, né en juillet 1911, surtout connu comme homme politique, est aussi l’auteur d’une Anthologie de la Poésie française (Balade en Midi-Pyrénées I). Tous ces écrivains ont marqué la littérature autant que l’histoire de France.

Évènements

Nous serons présents au Salon de l’Autre Livre qui se déroulera à l’Espace des Blancs Manteaux du 18 au 20 novembre 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *