René Nelli à Montségur

MONTSÉGUR

L’Ariège de René Nelli
par Franc Bardou
(extrait)

Dernier tenant du nom d’une famille de lointaine origine florentine, René Nelli est né à Carcassonne en 1906. C’est de la même cité audoise qu’il quittera ce monde en 1982. Entre ces deux dates, les études l’auront quelque peu rapproché de Paris, pour une courte année, puis de Toulouse où, sur le tard, il sera chargé d’enseigner, une demi-journée par semaine, à l’université de Lettres. Le reste du temps, il était professeur de philosophie dans un lycée de Carcassonne. Toute sa vie intellectuelle s’établira donc dans sa cité natale. Mais pourquoi, demanderez-vous, associer dans ce cas son nom à la belle et secrète terre d’Ariège ?

Il se trouve que Nelli fut un éminent chercheur en Littérature occitane, et qu’il œuvra durant de longues années à la découverte de la voie d’amour pur qu’avaient établie et mise en rimes sublimes les justement illustres Troubadours des xiie et xiiie siècles, mais qu’ils n’avaient jamais eux-mêmes théorisée ni commentée. Ne se limitant pas à ce domaine-là d’études et de réflexions, Nelli se fit donc érotologue, étudiant l’évolution de l’idée d’amour depuis les troubadours occitans jusqu’à ses amis et compagnons d’œuvre, les Surréalistes. Certes, il étudia également les arts et traditions populaires, communément nommés « folklore », et dirigea la savante revue du même nom pendant un demi-siècle.

Cependant, ce qui rattache notre souvenir de lui à l’Ariège, par son cœur et par son esprit, se dresse comme une sentinelle solitaire et désespérée par dessus la vaste mer des collines du Lauragais : c’est le site tragiquement héroïque de Montségur. En effet, René Nelli, avec Jean Duvernoy, Michel Roquebert et Anne Brenon, fut l’un des quatre fondateurs des études cathares, modernes et rigoureuses, permettant de débarrasser ce phénomène spirituel médiéval, alors mal connu, de tout un amoncellement de légendes et d’absurdités se voulant ésotériques. Nelli œuvra à la fondation du Centre d’Études Cathares dans l’Aude.

[…]

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mai 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *