Philippe Forest à Nantes

NANTES

Philippe Forest : « Nantes une ville qui n’existe pas »,
par Thierry Guidet
(extrait)

« De Nantes, tout le monde vous assurera qu’il s’agit de la ville la plus agréable de France. Et, en conséquence, d’Europe. Tout le monde le dit, et c’est très certainement faux. Ou du moins : inexplicablement excessif. »

Ces lignes de Philippe Forest, publiées en 2005, dans un supplément du quotidien Libération consacré à Nantes, ont jeté un froid dans sa ville d’adoption. Pensez donc, cet universitaire brillant venu à Nantes enseigner la littérature comparée, ce romancier déchirant faisait la fine bouche devant une ville dont les gazettes ne cessent de vanter le dynamisme culturel, le charme, le bonheur qu’on éprouve à y vivre…

C’est vrai que Forest n’y allait pas de main morte : « Nantes est une ville qui n’existe pas » ; « ici, la beauté n’existe que par accident ou par exception » ; « il faut n’être jamais sorti de son département pour se figurer, sans rire, que Nantes est le lieu où chacun voudrait vivre ». Et, cerise sur le gâteau : « Ne comptez pas sur moi pour passer pour un écrivain nantais. »

À l’époque où Forest signe cette déclaration de désamour, il est déjà l’auteur de sept ou huit essais, dont une histoire de Tel Quel, et de trois romans, L’Enfant éternel, Toute la nuit, Sarinagara, où il creuse l’événement qui a bouleversé sa vie : la disparition de sa fille, morte d’un cancer à l’âge de quatre ans. Et en effet, jamais, ou juste en passant, il ne parle dans ses livres de Nantes, la ville où, en somme, il a trouvé refuge : « Je suis arrivé à Nantes en 1996. C’était par hasard. Je venais de Paris où j’avais grandi. Je rentrais de Londres où j’avais passé plusieurs années. Je voulais fuir ma vie. J’avais mes raisons. Je souhaitais me retrouver nulle part », explique-t-il, à demi-mot, dans l’article de Libération.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Loire-Atlantique, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, février 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *