Jacques Bourbon Busset à Ballancourt

BALLANCOURT

Le regard toujours neuf de Jacques de Bourbon Busset
par Claude MOURTHÉ
(extrait)

Il s’agit sûrement de l’un des Essonniens les plus discrets qui soient et, pourtant, c’est le « fils du château », ainsi qu’il se définit lui-même dans l’extrait qu’on va lire. Ce château est celui du Saussay, à Ballancourt.

Une fois que l’on a franchi une imposante grille, deux grandes bâtisses du XVIIe siècle se font face. Au fronton de gauche, un blason porte la couronne de marquis, ainsi qu’une couleuvre, emblème des Colbert,

la famille maternelle, et une croix. Deux licornes soutiennent le blason. Sur le bâtiment d’en face figurent des lions, armoiries des anciens propriétaires du château, les Bragelonne, noblesse de robe de Bretagne qui a fourni un héros à Alexandre Dumas. Une minuscule chapelle familiale, incluse dans le bâtiment de droite, complète l’ensemble. Je me souviens d’avoir eu l’impression, en rendant visite à Jacques de Bourbon Busset pour l’enregistrement de l’émission Le Bon Plaisir, jamais mieux nommée, de lire un livre d’histoire, légèrement poussiéreux mais combien émouvant. De nombreuses antiquités se trouvaient déposées ici et là, non par une main de collectionneur, mais par celles, beaucoup plus négligentes, de propriétaires ancestraux. L’appartement de l’académicien n’est pas très vaste, mais il est chaleureux. Pas de bureau : il écrit sur une tablette, ou sur ses genoux, dans des cahiers. Il écoute fréquemment de la grande musique, ou France-Culture. Mais ce qui frappe surtout, c’est la présence photographique de Laurence, son épouse aujourd’hui disparue. C’est pour elle que l’auteur de Laurence ou la Sagesse de l’amour fou a écrit tous ses livres. Par les fenêtres, on aperçoit un immense parc à la française, orné d’une statue de Pomone et creusé de douves, un parc où règne ce désordre imperceptible qui est celui d’aristocrates ayant fait le choix de la campagne, et laissant la nature, ce « talisman » qu’ils aiment par-dessus tout, s’exprimer à son gré.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Essonne, sur les pas des écrivains, Alexandrines, 2010

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *