fbpx

Gustave Flaubert de Pont-L’Évêque à Falaise

DE PONT-L’ÉVÊQUE À FALAISE

Par les champs et par les grèves du Calvados
avec Gustave Flaubert

par Dominique BUSSILLET
(extrait)

C’est à Rouen, en Seine-Inférieure (devenue depuis la Seine-Maritime), que naît Gustave Flaubert le 12 décembre 1821, et c’est à Rouen, puis à Croisset, éloigné de quelques kilomètres à l’ouest, qu’il habitera la plus grande partie de sa vie. Mais c’est sans doute dans le Calvados que son cœur a le plus d’attaches…

Or, Flaubert ne cessera de le répéter, tantôt pour l’apprécier tantôt pour le regretter, l’influence des régions où l’on vit, des endroits où l’on séjourne, est très importante, et il a respiré à sa naissance, ainsi qu’il l’écrit, « le brouillard du Nord ». Comment expliquer cette influence ? Il s’interroge en ces termes dans Par les Champs et les grèves :

« Il en est un peu de l’influence des lieux sur les livres et de celle des livres sur les lieux comme du problème de l’œuf et de la poule : est-ce la poule qui a fait l’œuf, ou l’œuf qui a fait la poule ? Sont-ce les livres de Balzac qui m’ont fait songer dans les rues de Blois à ce qui s’y passe ou bien est-ce ce qui s’y passe qui a causé des livres ? Qui de Dieu ou de l’homme a arrangé les choses comme nous les voyons ? »

On mesure ainsi à quel point il est important de connaître les lieux d’élection de Flaubert pour comprendre son œuvre…

C’est à Pont-l’Évêque qu’est née sa mère, Anne Justine Caroline Fleuriot, c’est là que se situe une partie des biens familiaux, et notamment le domaine de Geffosses ; c’est d’ailleurs cette ville qui servira de décor à Un Cœur simple. Puis c’est à Honfleur qu’est élevée Anne-Caroline, dans un pensionnat où elle se lie d’amitié avec une jeune fille de Fécamp. Petites causes, grands effets : cette amie d’enfance de la mère de Gustave, mariée avec Paul Le Poittevin, aura deux enfants, Alfred et Laure. Une grande et fidèle amitié liera Alfred Le Poittevin et Gustave Flaubert, jusqu’à la mort du premier en 1848 ; quant à Laure, compagne des jeux de Gustave et de sa sœur Caroline, elle deviendra la mère de Guy de Maupassant…

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade dans le Calvados, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mai 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *