Aix-en-Provence Vauvenargues

AIX-en-PROVENCE

Vauvenargues, la vie brève d’un moraliste

par Alain Paire

Luc de Clapiers naquit à Aix-en Provence le 5 août 1715. Près de la place de l’Hôtel de Ville et de la Halle aux Grains, une plaque de marbre mentionne sa naissance. La maladie l’emporta brutalement, il n’avait pas trente-deux ans : il meurt à Paris le dimanche 28 mai 1747.

 

Sa famille n’était pas fortunée. Luc de Clapiers interrompit ses études et fut contraint de choisir la carrière des armes. Il connut pendant une dizaine d’années la vie de garnison, la guerre de succession de Pologne, la campagne d’Italie du maréchal de Villars ainsi que l’expédition de Bohême. Nommé capitaine en août 1742, son dernier acte militaire lui fait prendre part à la retraite de Prague du Maréchal de Belle Isle.

« Penser comme Pascal, écrire comme Bossuet et parler comme Fénelon » fut son programme. Quelques-unes de ses Maximes ont frappé les mémoires : « Un homme sans passion est un roi sans sujet »… « Le désespoir est la plus grande des erreurs »… « Quiconque est plus sévère que les lois est un tyran »… « Les hommes ont de grandes prétentions et de petits projets »… « Les conseils de la vieillesse éclairent sans chauffer, comme le soleil de l’hiver »…

Vauvenargues ne fut pas aimé des femmes, ses amis n’étaient pas nombreux. Sa santé s’était ruinée, son visage était marqué par la petite vérole ; il eut deux jambes glacées par les misères de la guerre. Il se plaignait du mauvais état de sa vue, les dernières semaines de sa vie furent marquées par de longues souffrances, son caractère n’était pas heureux : dans une lettre de mars 1739 adressée à son ami aixois le collectionneur d’antiquités Fauris de Saint Vincens, il écrit que « plus on est de fous, moins on rit »…

Extrait de l’ouvrage : Balade en Provence, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2012

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *