Nice Aragon

La rencontre d’Aragon et de Matisse à Nice,

source d’inspiration

par Marie-Thérèse Pulvenis de Séligny

 

 

« Tout cela avait commencé à Carcassonne, dans le temps où Matisse y passa sans que j’en sache rien. Alors, nous avions fait avec Pierre Seghers ce premier plan d’une conspiration des écrivains à l’abri de Poésie 40 ou 41. Je lui proposai d’écrire à Henri Matisse, pour mendier des dessins inédits, qui feraient de Poésie 41 autre chose qu’une revue régionale. Il m’en pria. J’écrivis donc, et c’est ainsi que commença ce roman. »

L’écrivain écrit donc depuis Paris une lettre à Matisse alors établi à Nice, au Regina, pour « mendier des dessins inédits, qui feraient de Poésie 41 autre chose qu’une revue régionale. » Matisse répond rapidement. Aragon souhaite de la part du peintre l’autorisation de reproduire le dessin de lagon contenu dans sa lettre, ainsi que la possibilité de le commenter. Il promet aussi de rendre visite à Matisse.

Aragon et Matisse se retrouvent ainsi tous deux à Nice en 1941. Leur rencontre à cette occasion est pour eux une source d’inspiration dans leurs domaines respectifs. L’écrivain écrit, sur les encouragements de Matisse, un ouvrage qu’il choisit d’intituler Henri Matisse, Roman, qui ne sera publié qu’en 1971, c’est-à-dire dix-sept ans après la disparition du peintre. Aragon y décrit l’œuvre de Matisse et sa personnalité à partir d’échanges épistolaires, de conversations, d’observations faites au cours de leurs entretiens successifs, en y mêlant des considérations personnelles de caractère littéraire et esthétique. De son côté, Matisse réalise au fusain et à la plume de nombreux portraits du poète ; il dessine également celui de son épouse, Elsa Triolet…

 

Extrait de l’ouvrage : Balade à Nice, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, avril 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *