BESSENS

Pierre Gamarra, un occitan frère des hommes,
par Claude Sicard

Je suis toujours ce gamin qui comptait les petits cailloux des trottoirs de Montauban,
ou qui nageait dans la Garonne et qui adorait les chansons occitanes...

(extrait)


Pierre Gamarra (1919-2009), parlant de son Occitanie natale, affirmait : « J’emporte ce pays sous mes semelles avec chaque matin recommencé[i]. » Et lorsque l’Académie de Montauban l’a reçu, en avril 1998, il lui a offert le poème intitulé « Ma mère et Don Quichotte », qu’il venait de composer, dans sa chère maison de Bessens en Tarn-et-Garonne :

« Cette terre est ancienne et cette rose est fraîche,

ces lilas, je les ai cueillis avec mes yeux d’enfant,

Et cette jeune fille au bord du Tarn, qui chante

et qui rêve d’un prince dans un château de maïs et de blé,

c’est ma mère [...]. »

Ce jour-là comme en toute occasion, il soulignait non seulement sa fidélité à ce pays, dont témoigne la majeure partie de son œuvre, mais combien tout son être en était pétri. Nul mieux que lui n’a dit avec autant de ferveur les enseignements de cette terre où, né à Toulouse, il avait grandi et mûri, « cette terre fertile et riche de sagesse, cette terre de liberté, de résistance et de courage, mais aussi [cette] terre de paix[ii]... » Incontestablement c’est de sa mère que Pierre Gamarra tient ses racines, ancrées dans « une Occitanie qui va, [disait-il], de la Lozère au Toulousain et au Quercy ». Du côté paternel, le sang est plus mêlé, puisque l’on y trouve du basque espagnol, de l’italien et de l’allemand. C’est que la famille Gamarra vivait dans un cirque, dirigé par le grand-père : sa grand-mère y était écuyère de voltige et ses oncles clowns et dresseurs d’animaux... D’où, chez lui, cette extrême sensibilité au décor, à l’atmosphère, au parfum, à la lumière du Midi, cette volonté d’en comprendre l’âme et, tout à la fois, cette imagination qui l’ouvre à d’autres horizons, vers d’autres destinées que ses personnages du terroir : c’est ainsi que l’instituteur rural préparé par ses années d’École normale primaire s’est mué, les bouleversements de la drôle de guerre et la Résistance aidant, en un poète, romancier, journaliste vivant en région parisienne, membre pendant quelque cinquante ans du comité de rédaction de la revue Europe...

[…]

 

Extrait de l'ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.


AccueilAccueil

Panier

Aucun livre

Expédition 0,00 €
Total 0,00 €

Panier Commander

Carte

Rechercher

Bloc-notes

« La littérature est une affaire sérieuse pour un pays, elle est, au bout du compte, son visage »

(Louis Aragon, J’abats mon jeu)

 

"Armez la chaloupe !", Brest des écrivains est en vente.

 

Toujours, sur notre page Facebook, retrouvez l'actualité des écrivains et des lieux qu'ils ont marqués de leur empreinte. Aujourd'hui il est question de Maurice Leblanc :

 

Le 6 novembre 1941, s'éteignit Maurice Leblanc, l'auteur de la saga d'Arsène Lupin.
On peut visiter sa maison à Etretat, Le Clos Lupin, accompagné du guide La Seine-Maritime des écrivains :


« L’aiguille d’Étretat est sans doute le plus beau monument que l’on pouvait élever à la gloire de Maurice Leblanc : pour des millions de touristes, elle est "l’aiguille creuse", repaire d’Arsène Lupin.
Inventer le personnage du gentleman-cambrioleur, creuser l’aiguille pour y loger ses trésors, cela semble si simple, a telle valeur d’évidence, qu’on en oublie le génie qui voulut cela. Ce fut celui de Maurice Leblanc, écrivain mieux connu à Étretat depuis que la maison qu’il y habita, le Clos-Lupin, est devenue, en 1999, un « parcours-spectacle » consacré à son œuvre. Mais Maurice Leblanc est encore trop souvent oublié par les histoires officielles de la littérature… »

 


Comme dit Yvan Leclerc dans sa présentation de Flaubert en Bretagne Ces voyages en France sont aussi un parcours dans l’histoire de la littérature, à la rencontre du génie des lieux et des lieux qui ont produit des génies.

 

Le Salon du livre de Paris a présenté lors d’une conférence destinée aux éditeurs et à la presse, le 16 septembre au café Les Editeurs, à Paris (6e), une des nouveautés de sa prochaine édition, du 20 au 23 mars : un nouveau “square” “tourisme, voyages et récits d’aventures” sur le modèle du “square culinaire”. Vous y retrouverez les Editions Alexandrines.


La Bretagne des écrivains (de Vannes à Brest) a été sélectionné parmi les 4 finalistes du Prix du livre France Bleu des libraires indépendants en Bretagne.
Cet ouvrage ne décrit pas la Bretagne des guides touristiques. Il parle des Bretagne, intimes, sauvages. Celles des auteurs qui par leurs plumes chantent la beauté dangereuse de leur pays natal.

 

Netflix, société américaine de "vidéo à la demande", bricole une série sur "le pouvoir, la corruption et la rédemption" à Marseille pour le "marché français".
Comme si les grands auteurs de Marseille avaient attendu la VOD pour porter un regard sociologique et tendre sur leur propre ville.
Par exemple Jean-Claude Izzo, "fils d’immigré, d’un père arrivé par bateau à l’âge de 16 ans et d’une mère née au Panier, mais qui n’a pu obtenir la nationalité française qu’à son mariage. Cette ville qui l’a fait grandir, humainement et politiquement. Cette ville qui, depuis toujours, a lutté contre les inégalités et l’exclusion. Lui cet enfant d’une famille pauvre est né rue Ferdinand Brunetière à Marseille, loin du quartier du Panier."
(extrait de Marseille des écrivains)


"C'est le guide le plus original pour (re)visiter la Bretagne. Invitation au voyage et à la lecture, il retrace le parcours de 40 écrivains historiques et contemporains, connus ou tombés dans l'oubli, avec un extrait d'une de leurs oeuvres ayant trait à la Bretagne.", voilà ce que dit le Nouvel Obs dans son dernier numéro de Balade en Bretagne Nord dans un bel article sur les écrivains des Côtes-d'Armor : Ernest Renan, Joseph Conrad, Pierre Loti, Louis Guilloux, Kenneth White, etc.

 

Les éditions Alexandrines ont mis en vente les ouvrages de la collection "Les écrivains vagabondent" au format numérique : 12 « e-biographies » sont désormais disponibles au format e-pub, à 2,99 euros. Les meilleurs spécialistes de Cocteau, Colette, Daudet, Dumas, Gide, Hugo, Maupassant, Prévert, Racine, Sand, Verne, Zola, vous racontent leurs vagabondages.

Retrouvez nos titres en vente sur le site Immatériel

ou en tapant "Editions Alexandrines Ebook" sur les principaux sites de vente de livres numériques.


Mots-Clés

tourisme littéraire guide littéraire voyages en régions france des écrivains Victor Hugo Alexandre Dumas Colette Jean Cocteau André Gide guide écrivains Guy de Maupassant Honoré de Balzac Julien Gracq littérature de voyage Jean Racine George Sand Jules Michelet Jules Verne Gustave Flaubert Aragon Louis Aragon Maurice Maeterlinck Dieppe Amiens Pierrette Fleutiaux La Ferté-Milon Paul Verlaine Roland Dorgelès Alfred Jarry Marguerite Duras Uzès Émile Zola Brest Jean Paulhan La Roque-Baignard Georges Duhamel Annie Ernaux Saint-Exupéry Nîmes Apollinaire Marcel Arland Pierre Loti Térèse Bonte Roger Vercel Sylvie Delaigue-Moins Arthur Rimbaud Blaise Cendrars Sainte-Beuve Balzac André Billy Théophile Gautier Alain Claude Duneton Henri Heinemann Rouen Mac Orlan Marseille Alphonse Daudet François Mauriac Pierre Mac Orlan Marcel Proust Georges-Emmanuel Clancier Françoise Sagan Antonin Artaud Maurice de Guérin Maxence Van der Meersch André Breton Milly-la-Forêt Simone de Beauvoir Bernardin de Saint-Pierre Piero Gondolo della Riva Annette Bourrut-Lacouture Olivier Frébourg Lucien Suel Lawrence Durrell Sanary Fourier Paul Viallaneix Charles Bourgeois Blérancourt Gérard de Nerval Ste-Mère-Eglise Crespin Alexis Salatko Penne Clément Marot Saint-Coulomb Michel Renouard Élie Faure Le Tholonet Ballancourt Péguy Meaux Villerville Boult-aux-Bois Dunkerque Tourcoing Alain Corbin Jacques Préver Marmontel Bretagne Georges Guillain Elbeuf Port-Cros Antoine de Rivarol Thomas Mann Léon Vérane Villers-Cotterêts Noyon Cherbourg Floressas J. Chardonne G.-Th. Raynal Éragny-sur-Oise Denise Le Dantec Port-Marly Balade en Provence Saint-Maixent Prévert Charles Péguy