Las Cases à Blan et Lavaur

BLAN, LAVAUR

Las Cases, le « public-relations » de Napoléon
par Jean-Pierre Gaubert
(extrait)

« L’an 1766, et le 22e du mois de juin » fut baptisé Marie-Joseph Emmanuel Auguste Dieudonné de Las Cases dans l’église de Belleserre, celle de Couffinal, sa paroisse étant alors en reconstruction. La jeune maman a seize ans. Elle appartient à la très vieille famille des Ranchin qui à Lavaur, Blan et Puylaurens possédaient de vastes domaines. Le père, militaire, s’enorgueillit de grands titres – il est marquis – mais de peu de domaines. L’année où son fils vient au monde, il est « commandant militaire de Revel, Sorèze et pays dépendants ».

Ces localités appartiennent à la plaine vallonnée du Lauragais tarnais. La montagne Noire fait barrière au bas pays méditerranéen. Le pays souffre l’été de la sécheresse encore que le Canal des Deux-Mers construit par le génial Riquet, marquis de Bonrepos, annonce la domestication de l’eau et de futurs barrages.

Dans cette zone le vent d’autan souffle plus fort qu’ailleurs, intervenant sur les esprits au riche imaginaire.

« Je me revois sous l’ormeau paternel faisant des chapelets de grains de mauve…je suis sur les genoux de M. le curé me donnant les premières leçons de catéchisme et recevant ma confession qui n’était autre chose que de lui souffler dans l’oreille car c’était tout ce que je croyais avoir vu faire à d’autres… je revois ma nourrice courant pour m’attraper des papillons…Il arrivait que nous rencontrions un vieux paysan. Il m’élevait toujours dans ses bras, disant que je serai roi. J’ai vécu un temps où personne n’était à l’abri d’une couronne… »

Voilà bien l’humour décapant d’une petite enfance heureuse, vécue dans une bâtisse dont on hésite à dire qu’elle fut vraiment un château. Aujourd’hui, la tour que le marquis avait fait construire aux prisonniers dont il avait la charge, -sous les yeux de son fils qui a raconté l’anecdote-, n’existe plus.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *