Jules Cubaynes à Concots

CONCOTS

Jules Cubaynes, la tèrra e l’ostal
par Guilhem Boucher
(extrait)

Jules Cubaynes,  fils de paysan, est né le 5 octobre 1894 à Saint-Hilaire de Lalbenque à la frontière du haut et du bas Quercy, sur le Causse. Même si son attachement organique à la terre constituera l’un des piliers de son œuvre, il choisit d’emprunter la voie sacerdotale : en 1908, il entre au Petit Séminaire de Gourdon où il commence d’ailleurs à rimer en français puis il terminera son cycle de philosophie en 1914 avant d’entreprendre des études de théologie.

1914 est une année charnière dans sa vie. Au début de l’an lui tombe dans les mains un petit Almanac Carcinòl, publié à Montauban par Antonin Perbosc, instituteur et artisan majeur de la renaissance littéraire occitane des xixe et xxe siècles, lequel sera son maître. Jules Cubaynes y découvre des pièces en vers et en prose écrites en « patois », dans sa langue maternelle – il la reconnaît si bien qu’il se met à écrire, dans une graphie d’abord hésitante, La Menina, adaptation des Aïeules de François Coppée.

1914 est aussi l’année de la mort de Frédéric Mistral, prix Nobel de littérature en 1904, de nationalité française mais qui écrit en provençal – Jules Cubaynes le découvre à travers la presse parisienne de l’époque, qui cite même des vers du poète. Il « achève alors de prendre conscience que son parler maternel peut rendre “la splendeur du vrai” aussi bien que la littérature française » écrit Sylvain Toulze, autre acteur majeur de la renaissance d’Oc.

1914 est enfin l’année de sa mobilisation. Cubaynes est contraint d’aller sur le front, au nord-est, bien loin de chez lui, et si le souvenir du « tinèl reglat de la vida d’ostal » et sa foi en Dieu l’aident à tenir, son expérience semble l’éloigner du sacerdoce :

« dom-mai n’enansa e s’alonga la guèrra,

ai talament d’audor umana à mon entorn,

que me daisi un pauc tròp benlèu ganhar per ela. »

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *