Léon Cladel à Montauban

MONTAUBAN

Léon Cladel, l’indompté
par Jean-Paul Damaggio

(extrait)

Suivant l’État Civil, Léon Cladel est né le 15 mars 1835 à Montauban mais il prétend que sa mère superstitieuse a souhaité lui éviter de porter toute sa vie une naissance un 13, de mauvais augure, cette mère qui l’aidera, contre le désir du père, à partir pour Paris y faire une carrière littéraire. Il aura la chance d’y débuter avec Charles Baudelaire, mais dans la capitale il retiendra surtout la naissance de solidarités méridionales fortes avec Alphonse Daudet, Paul Arène ou Clovis Hugues, solidarités qui finirent par le renvoyer vers son Tarn-et-Garonne natal, où il écrira le premier roman marquant de son œuvre : Le Bouscassié.

Bien comprendre son univers géographique impose d’en chercher la clef dans ses origines familiales. Sa mère native de Bruniquel, ce village dont le château perché sur un roc domine l’Aveyron, lui donna la passion des rudes pierres du causse le plus sauvage qui va de Montricoux à Saint-Antonin où l’écrivain puisera la source de ses rêves les plus gigantesques jusqu’à écrire un poème très rare dans son œuvre, « Les carriers ». Rien d’étonnant en conséquence si son chef-d’œuvre commence ainsi : « Albe Ompdrailles, carrier de son état, avait, la veille de ce jour-là seulement, quitté les pierrières de la Grésigne, sises auprès de Bruniquel, en Rouergue, son pays natal. »

Il existe aussi une nouvelle inédite sur une sorcière, située dans cette même zone dont les parents, « un couple de vignerons aussi laids que des démons, vivaient alors sur une montagne, au fond d’une grotte creusée entre deux rocs aussi pelés et plus noirs que des culs de four avec leur unique fille, rose et blanche comme l’aurore, ayant une bouche si fraîche que les oiseaux y venaient boire, et des cheveux aussi roux que des tiges de seigle et tellement épais que les fourmis et les moucherons s’y perdaient ainsi que dans une forêt, enfin un œil si bleu que l’azur du ciel en était jaloux à crever ».

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *