Champollion à Figeac

FIGEAC
Jean-François Champollion, un exilé sur sa terre natale
par Marie-Hélène Pottier
(extrait)

Jacques Champollion, colporteur-libraire originaire d’une haute vallée du Dauphiné, arriva à Figeac vers 1770. Souhaitait-il vraiment s’installer à demeure dans cette petite ville du Quercy ? Ou est-il tombé amoureux d’une belle Figeacoise ?… Toujours est-il que deux ans plus tard, il se marie avec Jeanne-Françoise Gualieu, ouvre une librairie place de la Halle et achète une maison à Figeac où naîtront leurs cinq enfants, Jacques-Joseph en 1778, trois filles, et enfin Jean-François en 1790, le célèbre déchiffreur des hiéroglyphes.

Jean-François passe son enfance à Figeac. La période est agitée par les échos de la Révolution qui entraîne la fermeture des écoles de la ville. Il passe beaucoup de temps dans la librairie de son père et reçoit des bribes d’enseignement grâce à un abbé hébergé dans la maison familiale, et grâce à Jacques-Joseph, son frère. Cette époque est difficile pour tout le monde et les Champollion assurent des tâches de responsabilité municipale : son père est fonctionnaire municipal et, en l’an III, est désigné chef de la Police ! Jacques-Joseph est chargé de l’état-civil, puis des Archives.

Mais à l’âge de 11 ans, Jean-François quitte Figeac et ses parents pour aller vivre auprès de Jacques-Joseph qui s’est installé à Grenoble. Il vivra dans cette ville jusqu’en 1821 et son frère, helléniste distingué, sera pour lui autant un père qu’un professeur et jusqu’à la fin un ami et collaborateur de tous les instants. Jean-François ne reviendra que pour deux longs séjours dans sa ville natale à des occasions bien particulières. Le premier séjour fait suite à des événements politiques auxquels les frères Champollion furent intimement mêlés. De conviction libérale, sympathisants de Napoléon, ils rencontrent ce dernier à son retour de l’île d’Elbe. Lorsque Louis XVIII rentre définitivement à Paris en 1815, les Champollion sont exilés à Figeac et mis sous étroite surveillance.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *