Saint-Brieuc Dohollau

BRÉHAT, SAINT-BRIEUC

Heather Dohollau
Les belles journées,
par Alain-Gabriel Monot
(extrait)

 

Heather (littéralement bruyère grise) Lloyd naît en 1925 dans cette région minière du Pays de Galles qui donne son cadre au best-seller de Richard Llewellyn Qu’elle était belle ma vallée. Fille unique d’un père ingénieur et d’une mère qu’elle perdra trop vite en 1946 – elle la recherchera toute sa vie d’adulte – elle n’a que neuf mois quand ses parents déménagent pour Penarth, station balnéaire paisible à l’extrémité sud de la baie de Cardiff. Elle a dès l’enfance un amour immodéré pour les livres, les tableaux, la musique – toutes les œuvres de l’esprit.

L’épreuve de la seconde guerre mondiale la touche quand elle entre dans l’adolescence. Abandonnant à l’âge de seize ans des études de lettres prometteuses, elle fait avant l’heure le choix de participer à la défense de son pays, sa ville étant bombardée.

Après guerre, elle décide de quitter le Pays de Galles et de visiter Paris qui l’émerveille. Pour pouvoir y demeurer au-delà de l’expiration de son visa touristique, elle s’inscrit en 1947 aux Beaux Arts et y étudie deux ans. Revenue outre- Manche fin 1949, elle vit à Londres. Mais l’attraction française reste forte. Ayant découvert de beaux lieux de Bretagne dans Vogue, elle élit l’un d’entre eux, l’île de Bréhat. Elle  entreprend d’y venir en 1950. Le charme de Bréhat opère immédiatement ! Il opère d’autant plus qu’elle y rencontre celui qui va devenir son mari au printemps 1951 et lui donner ce nom de femme qui sera également son patronyme de poète : Dohollau.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Bretagne Nord, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mars 2011.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *