Lautréamont à Tarbes

TARBES

Lautréamont et les coïncidences tarbaises
par Nicolas Brimo
(extrait)

Et s’il fallait commencer cette promenade à la recherche d’Isidore Ducasse, alias le comte de Lautréamont, non à Tarbes mais à Paris ? Dans la cour de l’église de l’hôpital du Val-de-Grâce où est érigée la statue, modelée par le ciseau de David d’Angers, du baron Dominique-Jean Larrey, chirurgien de la Grande Armée et inventeur des ambulances militaires. Ce bigourdan, né en 1766 à Baudéan à quelques kilomètres de Tarbes, que l’Empereur déchu a qualifié « d’homme le plus vertueux que j’ai rencontré ».

Soixante-sept ans après l’érection de cette statue, deux jeunes élèves médecins auxiliaires, mobilisés au Val-de-Grâce pour tenter de soigner les poilus évacués en morceaux des tranchées, se sont donné rendez-vous à son pied. Cet après-midi de septembre 1917, André Breton et Louis Aragon, au hasard d’un chahut de carabins qui leur semblait aussi incongru qu’indécent, se sont reconnus en quelques paroles frères en littérature. Breton est l’aîné d’Aragon mais tous deux fréquentent les mêmes librairies, aiment les mêmes auteurs, saluent les mêmes vers. Les deux jeunes gens décident de marcher vers la Seine, et comme le raconta Louis Aragon : « Devant le 211, boulevard Raspail, je ne pus me retenir de demander à Breton comment il se faisait qu’il ne prononçât pas le nom que j’attendais à côté de Rimbaud, et c’est lui qui s’étonna quand je dis Lautréamont… Isidore Ducasse venait de faire irruption dans notre vie. »

André Breton, qui a fait des coïncidences une des inspirations du surréalisme, ignorait que « leur » Isidore Ducasse qu’il n’allait cesser de célébrer avec ses amis « envers et contre tout », avait découvert la littérature à quelques centaines de mètres d’une autre statue du baron Dominique-Jean Larrey. Une statue installée en plein centre de Tarbes, en face d’une caserne de cavalerie aujourd’hui quartier Larrey où cantonne le 1er régiment de Hussards parachutistes.

[…]

 

Extrait de l’ouvrage : Balade en Midi-Pyrénées, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, mai 2011

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *