Vence Gombrowicz

Witold Gombrowicz,

les années vençoises 1964-1969

par Dominique Gardan*

 

 

Witold Gombrowicz, aristocrate polonais, connut une vie vagabonde. Il était né en 1904 au château de Maloszyce, propriété familiale à deux cents kilomètres de Varsovie où il fit ses études. Il commença à voyager, en France d’abord, dans le Midi, où il eut la  « révélation sacrée » du Sud en apercevant la Méditerranée, puis en Allemagne. Dans les années trente il vit à Varsovie où il commence ses débuts littéraires, en publiant Mémoires des temps de l’immaturité, Ferdydurke, Yvonne, princesse de Bourgogne et les Envoûtés.

En 1939 il part pour l’Argentine, chargé d’un reportage sur l’ouverture de la liaison maritime entre la Pologne et ce pays. La guerre éclate, avec l’invasion de la Pologne, alors qu’il se trouve à Buenos Aires. Gombrowicz y restera jusqu’en 1963 en subsistant chichement comme employé au “Banco Polaco”. Il écrit Transatlantique, Le Mariage, Bakakaï et La Pornographie –titre aguicheur et trompeur. Le roman décrit, selon son auteur, “la lutte désespérée de la volonté mûre d’accomplir” (Testament page 145). Inspiré par André Gide, Gombrowicz commence à tenir son Journal à partir de 1953.

Une bourse de la Fondation Ford permet à Gombrowicz de quitter l’Argentine et de se rendre à Berlin où il reste jusqu’en 1964, puis il se rend à Paris. À l’occasion de son départ de Berlin, ses amis lui offrent une paire de jumelles, –elle est aujourd’hui conservée au musée de Vence, après avoir trôné dans une vitrine placée devant la fenêtre de son appartement, Villa Alexandrine à Vence. Il s’en servait pour épier les années et venues des gens sur la place…

 

Extrait de l’ouvrage : Balade à Nice, sur les pas des écrivains (c) Alexandrines, avril 2012

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *